08/18/2008

Jacques Maritain


maritainJacques Maritain was born on November 18, 1882 in Paris. The son of Paul Maritain, a prominent lawyer, and Geneviève Favre, daughter of the French statesman, Jules Favre, Jacques Maritain studied at the Lycée Henri IV (1898-99) and at the Sorbonne, where he prepared a licence in philosophy (1900-1901) and in the natural sciences (1901-1902). He was initially attracted to the philosophy of Spinoza. Largely at the suggestion of his friend, the poet (and, later, religious thinker) Charles Péguy, he attended lectures by Henri Bergson at the Collège de France (1903-1904) and was briefly influenced by Bergson's work.
In 1901, Maritain met Raïssa Oumansoff, a fellow student at the Sorbonne and the daughter of Russian Jewish immigrants. Both were struck by the spiritual aridity of French intellectual life and made a vow to commit suicide within a year should they not find some answer to the apparent meaninglessness of life. Bergson's challenges to the then-dominant positivism sufficed to lead them to give up their thoughts of suicide, and Jacques and Raïssa married in 1904. Soon thereafter, through the influence of the writer Léon Bloy, both Maritains sought baptism in the Roman Catholic Church (1906).

Maritain received his agrégation in philosophy in 1905 and, late in 1906, Jacques and Raïssa left for Heidelberg, where Jacques continued his studies in the natural sciences. They returned to France in the summer of 1908, and it was at this time that the Maritains explicitly abandoned bergsonisme and Jacques began an intensive study of the writings of Thomas Aquinas.

In 1912, Maritain became professor of philosophy at the Lycée Stanislaus, though he undertook to give lectures at the Institut Catholique de Paris. He was named Assistant Professor at the Institut Catholique (attached to the Chair of the History of Modern Philosophy) in 1914. (He became full Professor in 1921 and, in 1928, was appointed to the Chair of Logic and Cosmology, which he held until 1939.)

In his early philosophical work (e.g., "La science moderne et la raison," 1910, and La philosophie bergsonienne, 1913), Maritain sought to defend Thomistic philosophy from its Bergsonian and secular opponents. Following brief service in the first world war, Maritain returned to teaching and research. The focus of his philosophical work continued to be the defense of Catholicism and Catholic thought (e.g., Antimoderne [1922], Trois réformateurs — Luther, Descartes, Rousseau [1925], and Clairvoyance de Rome par les auteurs du ‘Pourquoi Rome a parlé’ (J. Maritain et D. Lallement) [1929]), but Maritain also prepared some introductory philosophical texts (e.g., Éléments de philosophie [2 volumes, 1920-23]) and his interests expanded to include aesthetics (e.g., Art et scholastique, 1921; 2nd ed. 1927).

By the late 1920s, Maritain's attention began to turn to social issues. Although he had some contact with the Catholic social action movement, Action Française, he abandoned it in 1926 when it was condemned by the Catholic Church for its nationalistic and anti-democratic tendencies. Still, encouraged through his friendships with the Russian philosopher Nicholas Berdiaev (beginning in 1924) and Emmanuel Mounier (from 1928), Maritain began to develop the principles of a liberal Christian humanism and defense of natural rights.

Maritain's philosophical work during this time was eclectic, with the publication of books on Thomas Aquinas (1930), on religion and culture (1930), on Christian philosophy (1933), on Descartes (1932), on the philosophy of science and epistemology (Distinguer pour unir ou les degrés du savoir, 1932; 8th ed., 1963) and, perhaps most importantly, on political philosophy. Beginning in 1936, he produced a number of texts, including Humanisme intégral (1936), De la justice politique (1940), Les droits de l'homme et la loi naturelle (1942), Christianisme et démocratie (1943), Principes d'une politique humaniste (1944), La personne et le bien commun (1947), Man and the State (written in 1949, but published in 1951), and the posthumously published La loi naturelle ou loi non-écrite (lectures delivered in August 1950).

Maritain's ideas were especially influential in Latin America and, largely as a result of the ‘liberal’ character of his political philosophy, he increasingly came under attack from both the left and the right, in France and abroad. Lectures in Latin America in 1936 led to him being named as a corresponding member of the Brazilian Academy of Letters, but also to being the object of a campaign of vilification.

By the early 1930s Maritain was an established figure in Catholic thought. He was already a frequent visitor to North America and, since 1932, had come annually to the Institute of Mediaeval Studies in Toronto (Canada) to give courses of lectures. With the outbreak of war at the end of 1939, Maritain decided not to return to France. Following his lectures in Toronto at the beginning of 1940, he moved to the United States, teaching at Princeton University (1941-42) and Columbia (1941-44).

Maritain remained in the United States during the war, where he was active in the war effort (recording broadcasts destined for occupied France and contributing to the Voice of America). He also continued to lecture and publish on a wide range of subjects — not only in political philosophy, but in aesthetics (e.g., Art and Poetry, 1943), philosophy of education, and metaphysics (De Bergson à St Thomas d'Aquin, 1944). Following the liberation of France in the summer of 1944, he was named French ambassador to the Vatican, serving until 1948, but was also actively involved in drafting the United Nations Universal Declaration of Human Rights (1948).

In the spring of 1948, Maritain returned to Princeton as Professor Emeritus, though he also lectured at a number of American universities (particularly at the University of Notre Dame and the University of Chicago), and frequently returned to France to give short courses in philosophy — notably at ‘L'Eau vive,’ in the town of Soisy, near Paris. During this time, in addition to his work in political philosophy (cf. above, as well as Le philosophe dans la cité, 1960), Maritain published on aesthetics (Creative Intuition in Art and Poetry, 1953), religion (Approches de Dieu, 1953), moral philosophy (Neuf leçons sur les notions premières de la philosophie morale, 1951; La philosophie morale, 1960), and the philosophy of history (On the Philosophy of History, 1957).

In 1960, Maritain and his wife returned to France. Following Raïssa's death later that year, Maritain moved to Toulouse, where he decided to live with a religious order, the Little Brothers of Jesus. During this time he wrote a number of books, the best-known of which was Le paysan de la Garonne (a work sharply critical of post-Vatican Council reforms), published in 1967. In 1970, he petitioned to join the order, and died in Toulouse on April 28, 1973. He is buried alongside Raïssa in Kolbsheim (Alsace) France.

- http://plato.stanford.edu/entries/maritain/
- http://www.google.be/search?hl=fr&sa=X&oi=spell&resnum=1&ct=result&cd=1&q=maritain+jacques&spell=1

01:27 Posted by Jan Boeykens in Algemeen | Permalink | Comments (1) |  Facebook |

Comments

Jacques Maritain Vivant
C'est à l'amitié de Stanislas Fumet que je dois d'avoir connu Jacques Maritain, en 1925. Je ne sais plus où eut lieu la rencontre. A Meudon peut-être, dans cette petite maison qui devait jouer un si grand rôle dans la vie de tant d'entre nous. A mon actif comme écrivain, je n'avais alors qu'un pamphlet incendiaire contre les catholiques de France, et l'idée d'une visite à un philosophe ne me séduisait guère, mais quand on m'apprit que par-dessus le marché ce philosophe était thomiste, je fus tenté de me dérober, parce que je n'avais qu'une faible notion du thomisme et qu'instinctivement je me méfiais. Il me semblait entrevoir un vaste système de définitions définissant l'indéfinissable, et qu'allais-je dire à un écrivain spécialisé dans l'étude de la Somme ?

L'homme qui m'accueillit dissipa d'un coup toutes mes appréhensions. Au lieu d'un savant rébarbatif, ce fut un personnage d'un charme exceptionnel qui vint vers moi et me tendit la main. Rien qu'à écrire ces mots, il me semble que le temps s'abolit et que je revois ce mince visage un peu penché de côté, ces traits fins et réguliers et surtout le regard souriant des yeux bleu pâle. Si galvaudé que fût cet adjectif, celui d'angélique venait irrésistiblement à l'esprit et j'eus l'impression immédiate de me trouver devant une âme très purement chrétienne. En une seconde, je compris ce que pouvait être la sérénité intérieure alors qu'en moi tout n'était que sourde inquiètude.

Ces choses m'étaient d'autant plus sensibles que, depuis ma conversion en 1916, je ne m'étais jamais entretenu avec un catholique de problèmes religieux. Autour de moi, on n'en parlait pas. Peut-être les jugeait-on trop personnels pour n'être pas gênants. A l'Université de Virginie, je ne voyais que des protestants. Revenu en France en 1922, je faisais figure de fanatique si je hasardais la moindre tentative d'intrusion dans ces régions interdites. Finalement j'avais rompu le silence dans mon pamphlet et voilà qu'un philosophe thomiste prenait au sérieux l'étrange brochure et me posait toutes les questions aux-quelles je brûlais de répondre. La confiance fut spontanée de part et d'autre.

Avec une gaucherie qui m'était naturelle, je déclarai à l'auteur d'Antimoderne que je ne comprenais rien à ses livres, à quoi il me répondit en souriant que cela ne l'empêcherait pas de me les envoyer tous au fur et à mesure de leur publication et que j'étais d'avance dispensé de les lire.

Que n'ai-je noté tout ce qu'il me dit au cours de ces premières heures ! Je le quittai le coeur léger, et la correspondance commença qui fut un long entretien auquel seul mit un terme le silence définitif de 1973. Alternaient avec les lettres de longues visites qui m'aidèrent à passer le cap de situations difficiles. J'étais jeune et la nature en moi se révoltait contre les exigences de l'Eglise. De ce côté ne pouvait agir que la grâce, et Jacques se montrait d'une discrétion exemplaire, essayant simplement de diriger mon attention vers les écrits des mystiques, parce qu'il devinait que, pour moi, le visage le plus attirant du catholicisme brillait là d'un éclat particulier.

Quoi qu'il en fût, ce catholique aux manières si douces se montrait d'une intransigeance totale dès qu'il s'agissait de l'intégrité de la foi. Je le voyais alors comme un guerrier en armure et, non sans regimber intérieurement, j'admirais malgré moi, ce chevalier de l'absolu, hors d'atteinte, me semblait-il, des passions humaines. Cette impression était très forte. Je ne m'expliquais pas autrement, moi qui me sentais si vulnérable, la luminosité de son regard et l'ineffable rayonnement de sa présence. Lorsqu'il entrait chez moi, le monde se transfigurait. La pauvreté du langage humain m'est très évidente quand j'essaie de donner une idée de ces choses.

Je me trouvais devant un de ces hommes qui font l'effet d'être venus d'ailleurs. Cela tenait à ce qu'il n'hésitait pas à m'entretenir d'emblée de Dieu, des rapports de notre âme avec lui et du respect qu'il avait pour elle et pour sa mystérieuse liberté. Jamais on ne m'avait tenu un langage d'une autorité aussi pleine de mansuétude et, pourquoi ne pas le dire, aussi pleine d'amour. C'était là le don qui faisait de lui un être à mes yeux unique. Il lui suffisait de quelques phrases pour dissiper ce que je ne puis appeler que mes terreurs métaphysiques. J'en avais, et de sérieuses, mais la présence de Maritain me rendait la paix. Très simplement, quand il était là, j'étais sauvé. A travers les années d'une jeunesse en proie aux tourments habituels, il maintenait en moi l'indispensable espérance. On jugera de l'immensité de ma dette envers lui par ces mots, les seuls que je puisse trouver et qui ne révèlent que l'ombre de ce qu'il fut.

Cela dit, ne serait-ce pas trahir l'image que je m'efforce de laisser de lui en insistant sur sa douceur ? Pour reprendre les catégories d'autrefois, sa place était parmi les irascibles. Dans l'azur de ses prunelles, je voyais parfois monter la colère à la seule mention de certaines injustices, et on le sentait tout prêt à se battre. Ses adversaires n'avaient aucune peine à le trouver : il était là. Sa parole pouvait être accablante, l'ange devenu furieux. Ce doux était parmi les violents qui emportent le ciel.

L'âge venant, il changea, mais peu, sa jeunesse intérieure semblant le préserver des ravages du temps. Svelte et droit jusqu'aux environs de la soixantaine, il promenait sur le monde ce regard d'une transparence qui le mettait à part. Sans doute avait-il conscience de l'effet qu'il produisait le jour où il s'exclama devant moi, dans une crise d'impatience caractéristique : " Dieu n'est pas un imbécile et je ne suis pas un saint ! " Mais rien n'y faisait, et la seconde partie de cette proposition restait douteuse dans l'esprit de certains. Il donnait en tout cas l'impression d'un homme spirituellement comblé, aussi la dernière maladie de Raïssa provoqua-t-elle chez lui une sorte d'indignation vite maîtrisée. Pendant des années, la Providence avait veillé sur lui d'une façon peu ordinaire et, tout à coup, Dieu le frappait. Jacques reçut le coup dans un étonnement douloureux qui se traduisit par une élévation de tout son être.

Je me tins le plus près de lui qu'il m'était possible, mais que pouvais-je faire ? Je crois cependant que de cette époque notre amitié connut un approfondissement qui persista jusqu'à la fin.

Comment puis-je oublier le jour de détresse où il me demanda de lui écrire quelques lignes sur celle qu'il avait perdue ? Le billet lu et replié, il le glissa dans la poche de son gilet et me dit avec un sourire indescriptiblement affectueux et triste : " Talisman contre le désespoir. "

Ces souvenirs me le rendent si présent que je ne conçois pas ce que je pourrais ajouter à ce témoignage. Si j'ai livré ses lettres au public, c'est qu'elles gardent un reflet de la lumière où je n'ai jamais cessé de le voir. Puisse-t-elle briller aux yeux d'un lecteur inconnu comme elle m'éclaire encore aujourd'hui dans le mirage de la mémoire.

Julien GREEN

Rédigé par REALITY le mardi 18 septembre 2007 à 11H26 dans Jacques MARITAIN, Julien

Posted by: Daveport | 08/18/2008

The comments are closed.